Laroque des Albères : le puits à glace

Partant de Laroque des Albères, le circuit de randonnée, qui conduit au puits à glace, offre de belles perspectives de découvertes.

Laroque des Albères, un village dans un écrin de verdure

"vue sur les villages de la plaine du Roussillon"
Vue sur les villages de la plaine du Roussillon

Perché à flanc de la chaine des Pyrénées Catalanes, Laroque des Albères jouit d’un point de vue remarquable sur la plaine du Roussillon. Ancré dans un écrin de verdure, le village constitue un excellent point de départ et d’arrivée, pour une randonnée pédestre. De nombreux sentiers permettent aux familles et aux randonneurs aguerris de découvrir un patrimoine naturel, architectural et culturel riche et varié.

D’un point de vue logistique, on  trouve tout ce qu’il faut à Laroque des Albères pour constituer un succulent pique-nique avec les produits du terroir, aptes à rassasier les estomacs les plus exigeants après trois heures de marche. Les plus curieux dénicheront aussi matière à satisfaire leurs intérêts culturels.

"rue fleuries"
Ne pas hésiter à flâner dans l’enchevêtrement de rues fleuries

L’origine de Laroque des Albères remonte à la préhistoire dont il subsiste encore un dolmen, appelé ici Balma del Moro. Bien qu’il reste quelques traces de l’Antiquité, l’histoire de Laroque des Albères ne commence véritablement qu’après la conquête carolingienne. Celle des seigneurs de Laroque intervient elle, à partir du 10ème siècle, lorsque Bernat de Laroque épouse Adélaïda de Thuir.  En 1172, le château est implanté au milieu du bourg fortifié. Par contre, en 1188, il est indiqué comme une place comtale, ce qui laisserait supposer qu’il est passé dans le domaine du comte de Roussillon.

"Laroque des Albères"
Au détour d’une ruelle

Chassé par son frère en 1285, Jaume 1er roi de Majorque, se réfugie au château de Laroque où il accueillera Philippe IV, roi de France, lorsque celui-ci viendra à son secours. Durant le XIIIème siècle les rois de Majorque puis ceux d’Aragon considèrent Laroque comme une place importante pour la défense de leur territoire. A partir de l’an 1422 et jusqu’à la Révolution française, le château passe dans le domaine privé avant d’être abandonné et de perdre ses rôles militaire et résidentiel. En 1890, le donjon, haut de 25 m s’écroule sans occasionner d’autres dégâts.

Laroque des Albères a, de tout temps, été tourné vers l’agriculture. Mais la production céréalière du XIXème siècle, qui justifiait la construction des moulins, a peu à peu laissé la place au développement de la viticulture et aux paysages chers à Bacchus, que l’on connait aujourd’hui.

Pour cette première échappée, nous vous proposons un circuit relativement aisé mais qui exige néanmoins une bonne condition : une balade de trois heures (environ) jusqu’au puits à glace, appelé aussi puits à neige.

Histoire du puits à glace

"Puits à glace"
Le puits à glace

Bien avant l’ère des réfrigérateurs, les seigneurs catalans avaient à leur disposition un système très simple pour avoir de la glace toute l’année, y compris au cœur de l’été. L’origine de ces puits à glace remonte au 12ème ou 13ème siècle.

Durant l’hiver, une neige très propre était collectée et stockée dans des puits bâtis à l’ombre, sur le flanc des Albères, à environ 500 mètres d’altitude. Ces puits étaient recouverts d’une calotte sphérique pourvue d’un orifice par lequel s’effectuait le remplissage.

Fortement tassée, la neige se transformait progressivement en glace. Au fur et à mesure des besoins, la glace était prélevée à l’aide d’une pioche, par la porte se trouvant à la base de puits. Ceux-ci étant très éloignés des village, la glace était transportée à dos de mule.

Réchauffement climatique oblige, la neige ne tombant plus qu’avec parcimonie, sur  le pic du Néoulous, cet astucieux système ne pourrait perdurer aujourd’hui.

La randonnée pas à pas

"village fleuri"
Des fleurs illuminent les placettes et les ruelles.

Pour ceux qui arrivent en voiture à Laroque des Albères, le mieux est de stationner sur le parking situé en contrebas de la mairie. A partir de celle-ci, positionnez-vous face à l’Office du Tourisme et empruntez les escaliers qui se trouvent sur la gauche.

Prenez ensuite, en face, la rue du Puig puis à gauche rue du 14 juillet et à droite rue du Maréchal Joffre, pour arriver à l’église. Sur la gauche, prenez ensuite la rue de l’église qui débouche sur un sentier, dont le départ est marqué par une chicane en bois.

"Moulin de la Pave"
Moulin de la Pave

Au fur et à mesure de votre progression, vous longerez un canal et découvrirez un moulin. Le canal d’irrigation, que l’on nomme ici le rec dels molins, a été construit au XIIIème siècle pour approvisionner le village en eau, irriguer les jardins et faire fonctionner les moulins. Il prend son eau à 1,3 km en amont, dans la rivière Laroque, dans laquelle il se jette, 2 km plus loin en aval. Au fil des siècles, il a fait tourné un moulin à drapier, un moulin à huile et quatre moulins a farines qui ont prospéré jusqu’à la fin du XIXème siècle. Sur la droite du sentier, vous verrez l’ancien moulin à farine de la Pave, dont l’origine se situe au XIVème siècle.

"cabane sur chemin de randonnée"
Au détour d’un chemin, une cabane.

Chemin faisant, vous arriverez très rapidement à une jolie fontaine ombragée : la fontaine aux oiseaux.

A l’embranchement suivant, prenez à droite. Au croisement tout proche, à environ 150 mètres en amont du moulin, vous remarquerez un bassin. Construit en 1897, il alimentait l’ancienne usine électrique, à laquelle il était relié par une conduite en fonte, visible par endroits.

Continuez en face en prenant la direction de Dolmen, col de l’Ouillat. Longez le canal d’arrosage, qui se trouve sur la gauche du sentier, pendant environ 15 minutes.

Au croisement, prenez le sentier à gauche. Remarquez au passage une borne en bois bleue et blanche. Grimpez allègrement sous le couvert de la végétation. Poursuivez sur le chemin qui monte vers la droite.

Au prochain croisement, prenez le sentier en face en laissant à gauche en oblique le sentier qui va vers le pic Neulos. Le passage se resserre entre deux rochers. Les bergers l’utilisaient autrefois pour compter leurs bêtes.

"Panorama"
Panorama vu de la corniche.

Observez le beau panorama offert sur Laroque, en passant sur la corniche avant de franchir un ravin. Traversez ensuite la rivière Correc de les Teixoneres, poursuivez en face sur un sentier qui grimpe en lacets.

"parcours ombragé"
Un agréable parcours ombragé.

Tout au long du parcours, le sentier est très ombragé et la végétation variée : chênes verts, chênes kermès, châtaigniers et chênes-lièges. Jusqu’à la dernière guerre mondiale, ces derniers étaient exploités et représentaient une richesse pour la région.

Un joli mur de pierre précède l’intersection indiquant une piste à gauche. Continuez tout droit en longeant le mur et en surveillant, sur votre gauche, le panneau indiquant le puits à glace situé à environ cinq minutes. Revenez sur vos pas !

De retour à l’intersection, prenez le sentier de droite. Il conduit à une ancienne piste gagnée par la végétation. Avant les pancartes indiquant un chemin privé, montez à droite, en suivant les balises jaunes. Ce sentier un peu escarpé aboutit à une large piste, que vous descendez vers la gauche. Passez un gué bétonné. Plus loin, à l’intersection laissez l’embranchement à droite (qui va vers Parraguères) et continuez à descendre. Cinq cent mètres plus loin et juste avant un virage, suivez le sentier balisé en jaune, qui descend rapidement dans la forêt. Lorsque vous retombez sur celui que vous avez pris à l’aller, il suffit de le suivre en sens inverse.

Informations pratiques

"croquis de la rando au puits à glace"
Le puits à glace se trouve au niveau de la boucle de retour.
"Guide les sentiers d'Emilie dans le Roussillon"
Guide Les Sentiers d’Emilie dans le Roussillon

Randonnée familiale pour bons marcheurs, mais sans difficulté majeure, d’environ 3 heures, dénivelé 350 mètres, balisage jaune.

Restaurants

– Le Catalan, 2 place de la République (à côté de l’église) tél. 06 18 29 87 40 (bon rapport qualité/prix). C’est le premier restaurant en descendant du chemin de randonnée, idéal pour les affamés.

https://www.facebook.com/Restaurant-Le-Catalan-106672749426822/

– Côté Saisons, 10 avenue de la Côte Vermeille tél. 04 34 12 36 51, parfait pour les gourmets. Réservez impérativement surtout en saison.

http://www.cotesaisons.fr/#auberge

Office du tourisme 20 Rue Dr Raymond Carbonneil (sur la place de la mairie) 04 68 95 49 97  http://www.laroque-des-alberes.fr/fr/

Secotine

Journaliste-écrivain témoin attentive des palpitations du monde.